Carnet de bord

Marrakech

Il y a peu de villes, au monde, qui vous ensorcellent avec la même force et la même magie que Marrakech.
Il y a peu de villes et peu de pays qui donnent autant...

Pierre Bergé

C’est à la veille de notre départ que je commence à rédiger mon carnet de bord par un simple prélude. Je tenais à profiter de la moindre minute, de la moindre couleur, de la moindre odeur de la Médina. Ce pays est intense, il donne bien plus qu’il ne vous prend. Tout prend un sens : je comprends désormais l’amour profond qu’Yves Saint Laurent portait à Marrakech, l’inspiration est partout. Ce carnet, c’est un peu un journal intime à travers lequel j’aimerai vous faire ressentir mon amour pour ce pays, pour cette culture, pour ses femmes & ses hommes et bien sûr, pour cette cuisine merveilleuse ! Je suis dans le patio du Riad, à l’ombre des citronniers et les odeurs de la cuisine de Khaoila me chatouillent les narines. Voici mon Maroc aux milles & unes couleurs, ma Kasbah, mon refuge. Bienvenue مرحبا

Mardi 21 septembre

12h50, nous atterrissons à l’aéroport de Marrakech-Ménara où un chauffeur nous attend, direction le désert d’Agafay, à une trentaine de kilomètre au sud de Marrakech. Nous avions booké un chauffeur au préalable par l’intermédiaire de notre Riad afin de ne pas courir une fois sur place, il faut compter entre 300 et 400 dirham la course. C’est votre première fois au Maroc ? Vous allez être un peu secoués et surpris par leur conduite mais ils ont l’habitude donc pas de stress. Une heure plus tard et après avoir traversés les routes sinueuses (enfin des chemins de désert) nous voici arrivés à notre camp, Emeraude Luxury Camp. Il y a des camps bien plus grand, plus luxueux, mais nous voulions vraiment un camp à taille humaine mais nous n’étions pas préparé à une telle vue… Devant nous, le néant, de vaste étendu de terre, d’immense crevasse, un champ d’olivier sur une colline et en fond, les montagnes de l’Atlas : nous avions le souffle coupé et pourtant, ce n’était pas encore la fin de la journée, le couché du soleil était aussi incroyable que le levé ! Le camp proposait deux types de logement : les tentes et les dômes. Les tentes sont idéales l’été car on ne ressent pas les fortes chaleurs comme dans les dômes, qu’on nous a conseillé de prendre l’hiver pour une vue improbable sur le ciel et les montagnes. Notre tente était parfaite, un vrai luxe en plein désert : une très belle déco, un king size confort, une salle de bain comme à l’hôtel et surtout… la plus belle des vues du camp car notre tente berbère donnait directement sur le désert, la ferme et le champ d’olivier au loin, l’atlas et rien d’autre ! 

La nuit tombée, le paysage est magique : un couché de soleil flamboyant contrasté par un ciel bleu nuit, les étoiles et la lune qui apparaissent petit à petit et comme seul éclairage, le feu au centre du camp et quelques petites lanternes. 20h00, direction la tente principale pour le diner : en entrée, un assortiment de six salades marocaines puis nous avons pris deux tajines au poulet et citron (vous avez plusieurs choix de plat). On était pas prêt pour le dessert : panacotta ou mousse au chocolat, totalement improbable ! La nuit fut fraîche et calme, le levé du soleil juste incroyable ! Il suffit de regarder les photos pour en prendre plein les yeux ! Le petit-déjeuner est un classique marocain : crêpes et pains marocains, assortiments de toping (confiture, fromage, aloum, etc.) servi avec une boisson chaude et un jus d’orange. 10h00, notre chauffeur nous récupère, direction notre Riad, au coeur de la Médina.

Précédent
Suivant
Précédent
Suivant

Mercredi 22 septembre

Après avoir traversé les routes jusqu’à Marrakech (vous allez voir, c’est du sport !) nous voici arrivés dans la Médina, à seulement quelques mètres de notre Riad. La Médina est la vieille ville Marrakech, le cœur historique : les rues sont étroites et mouvementées puisque charrettes (et ânes !), mobylettes et piétons se les partagent alors un conseil, restez toujours à droite ! Mauro, le directeur et fondateur du Riad l’Atelier ainsi que Yacine, son employé, viennent nous récupérer pour nous guider jusqu’au riad. Le quartier est animé, entre poules, boucherie et vente en tout genre, immersion totale et c’est loin de me déplaire. Nous arrivons devant une petite porte, puis un couloir et une grande porte en bois. Et là… incroyable ! Nous sommes totalement émerveillés et coupés de tout bruit extérieur, l’Atelier est un vrai cocon au design épuré et soigné. Il suffit de faire défiler les photos pour s’en rendre compte : la piscine est bordée de plantes dont un citronnier et un bananier, les meubles bois et osiers se mêlent parfaitement au décor minimaliste du riad, on entend le chant des oiseaux… Bref, un vrai coup de cœur. 

La chambre n°1 se situe au rez-de-chaussée avec vue sur la piscine, la lumière y est douce et le décor est tout simplement parfait. On termine le check-in et direction la place des épices, Yacine nous montre le chemin. Ce quartier est de loin mon préféré !

J’avais tout organisé en amont pour faire découvrir au maximum le Marrakech que j’aime tant à Maël, je voulais qu’il en prenne plein les yeux ! Au programme de la journée : immersion dans la Médina et visite du Souk, déjeuner sur le rooftop du Café de Epices, visite des Jardins secrets et diner au riad. Le diner était aussi excellent que gargantuesque : un thé glacé maison, un ensemble de salades et de plats marocain pour que l’on puisse gouter à toutes les saveurs et bien sûr, de délicieux desserts accompagnés du traditionnel thé à la menthe.

Jeudi 24 septembre

Après un petit déjeuner royal sur la terrasse du riad (avec vue sur le lever du soleil et les toits de la Médina) on s’est motivés à partir au Jardin Majorelle à pied (20-30 min de marche). En taxi, comptez 20 dirham et une dizaine de minute de route (conseil : toujours négocier le prix du taxi avant qu’il démarre la voiture, vous éviterez bien des arnaques). Le Jardin ainsi que le musée YSL sont situés dans la nouvelle ville, le musée étant fermé lors de notre visite pour travaux. Selon moi, ce sont des incontournables : le jardin est sublime, sa végétation est incroyable et le musée est un bel hommage à YSL, Pierre Bergé a su mettre en valeur l’amour et la passion de son compagnon pour l’univers de la mode. Avant d’aller déjeuner à Plus 61, un de mes restaus préférés (que je vous laisse découvrir dans cette article) nous sommes allés découvrir la boutique déco & lifestyle Moro Marrakech qui a de vrai pépite et nous en avons profité pour faire un break autour d’une limonade au charbon maison – ils proposent aussi une petite carte déjeuner très sympa.

L’après-midi, nous sommes retournés à la Médina à la recherche de notre futur tapis, de la pépite qui nous ferait craquer ! Bon… c’était quand même un sketch ! Arrivés au souk des tapis, nous avions l’embarra du choix et nous ne savions quelle boutique choisir. Nous sommes rentrés dans une boutique tout en longueur, jonchée de pile de tapis tous plus sublimes les uns que les autres. Et là, le rituel commerçant commence : on nous invite à nous assoir, on nous offre le fameux thé marocain, on nous déballe plusieurs types de tapis et je flash sur les Kilim berbères dont un en particulier. 2 900 dirham, soit quasiment 270€, outch. On tente de négocier, de descendre, Maël hésite, le commerçant joue sur la corde sensible en disant qu’il faut me faire plaisir, qu’ils ont subi le covid, que demain c’est vendredi, c’est la fête donc il lui faut de l’argent pour faire un grand repas avec sa famille… Nous hésitons donc nous commençons à partir en mentionnant que nous allons réfléchir. Que neni, il ne veut pas nous laisser partir donc on reeeepart dans la négociation. Je vous passe les détails mais pour conclure, nous sommes parties avec le Kilim de mon cœur 2m80 x 1m80 pour la maudite somme de… 1 200 dirham, un peu plus de 100€. Emballez, pesez et 3kg dans la valise ! Un conseil : ne lâchez rien et divisez facilement en 2 le prix du tapis. Le shopping continue : vaisselles, verres, carafes, tasse à café, petites cuillères et planche en bois, un petit tour chez Max & Jan… C’était une après-midi négociation puis break piscine au riad avant de repartir à 19h00 diner au Jardin. Lors de notre voyage, un couvre-feu était appliqué dans toute la Médina à partir de 21h00. Comme pour Plus 61, je vous laisse découvrir le restaurant Le Jardin, véritable oasis végétale au cœur de la Médina, dans un de mes précédents articles.

Précédent
Suivant